Articles

Affichage des articles du septembre, 2015
Image
« D’ordinaire, le quai est le début du voyage ou sa fin. Et maintenant qu’il est offert aux poètes, ou au poème, quels peuvent bien être son sens et sa signification ? Si le quai, plateforme de transport, renvoi au voyage dans l’espace, au déplacement de localité en localité, je serai plus encline à entendre le quai offert aux poètes comme support d’un voyage dans l’humain. Dès lors, cet humain devient le support et la substance, le sujet et l’objet, du voyage. Le voyage ne peut plus être unidimensionnel, une simple translation de lieu en lieu ; il devient un voyage dans le temps, amont et aval. Voyager dans le temps est infiniment plus riche que de voyager dans l’espace. Voyager dans le temps c’est par exemple de dans l’histoire. C’était hier, c’était avant-hier. Mais on peut remonter plus loin encore, comme dans le mythe. Là, ce n’est plus hier, ce n’est plus avant-hier ; c’est, comme dit la formule universelle du conte : « Il était une fois… ». Cela faisant, on s’ouvre à l’imaginair…

Chemin d'errance

Image
C’esttoutecetteinfirmitéducœur

àvouloirêtrebonquimefaitsouffrir ;
J’entrevoislesilenceàtraverslavitre,
lanaturerésignéem’émerveille.
Ellesembleembrasserl’azur.
Jel’implore
pourqu’ellemedélivredesesbranches
pour me donner au divin
comme un souffle au cœur.
Je clame ton nom à la nuit
sans pouvoir apaiser ce manque de toi.
Ôpoème,vide-moidecesémotions

qui ne trouvent figure à la face du vent.
©Jamila Abitar

Desfloconsdeneigessuspendusàuncieldeprintemps.
Desobusparsèmentleurfeudanslesjardinsdelavie.

S’écritlepoème, ventviolent
assissurunnuagedeconsciences.

Nouspoètessommeslestémoinsdel’imageperdue. Noustentonsdelarestituerdanstoutesavéracité.

Redéfinirl’amour Redéfinirlepoème
Construire leursens.

Untasd’immensitude égarédanslevide,
dansunrienoùl’ontrouvelemotàdire.

Aimeràn’enplusvivrenoyédanslepoème.
Tuteréveilleraschaquematincommeunenouvellenote.

©Jamila Abitar





Ma mémoire en chemin est aux pieds des racines.

Immanquablement, je leur parlerai de cette musique
qui nous pose sur une semblable symphonie.
Récital de noms et de pleurs,
combien de morts ai-je dû compter ?
Loin de leur apparence humaine,
combien de morts ai-je dû compter
après moi, ivres de mots ?
Le voyage des hommes m’éblouit.
Je ne vendrai pas son secret,
mon corps torturé en a vu d’autres.
Je retrouve les raisons de cet écrit
et je me perds dans l’acharnement
verbal, d’une histoire sans fin.
©JamilaAbitar
Poète, je n'ai pas oublié ton chant.
Ta silhouette qui traverse l'éclair
pour rompre les pages de l'oubli.

J'ai passé la soirée à tenir un proverbe debout.
Frôlant le ridicule pour approcher la syntaxe,
les rimes qui redonnent le ton aux éléments du tableau.

J’ai embrassé ta voix,
d’innombrables luttes m’ont portée.
Discours, synthèses de mélancolie,
liqueur des vergers.

J’ai passé la soirée à tenir un proverbe debout
pour dire
le parent assis près de l’olivier
à attendre son heure,
pour dire
le temps perdu
à se chercher dans des bruits de hasard,
pour nouer
la voix aux mots,
l’extraire pour un temps de sa médiocrité.

Mesurer la parole jusqu’au revers de la plume
et raturer les lignes bavardes de legs sanglants.

Quel inconnu fidèle me soufflera à l’oreille
les couleurs de la phrase magique ?
©JamilaAbitar