L'oracle des fellahs




Fleuve errant
Saisit la transparence
Traverse les songes
Des hommes mystérieux
Qui pour aller au delà
Déshabillent le présent.

Saisis-toi de l’instant
Au lever du soleil
De ces êtres
Que l’on ne voit pas
Pour courir les siècles
Hier et demain
Dormir à l’abri des guépards
Gestuelle en forme de croissant
L’inédit du corps
Chauffe l’écrit

L’ombre froide rassure.

L’appel au vocable
Marche sur ce sable
Attend l’heure
Où les mots tombent
Avec justesse

Sur le palier
L’inconnu sonne
L’Atlas se réveille

Insigne d’une mémoire
La parade retrouvée
Concordance de l’image
Répond à l’appel

En éveil
Par des enclaves de modernité
Sauve l’étendu cyclique
Qui se répète chevauche
L’insaisissable lumière

Jamila Abitar

Posts les plus consultés de ce blog

4ème de couverture A Marrakech, derrière la Koutoubia

A Marrakech, derrière la Koutoubia

Chant du Matin, Extrait Poème de Jamila Abitar