Chemin d’errance

(Poème pour lAnthologie du Festival de LodèveJuillet 2012.)

J’ai poussé la poésie à ses petits bouts de bonheur
la nuit où j’ai porté la voix du poème
sur mon dos.

J’ai entendu dans ton sommeil
tes hurlements quand le soleil s’est élevé
sur les crêtes du corps disparu.

Je sais le paysan qui soigne la terre
et les couleurs vives qui m'ont nourrie.
J'ai embrassé le soleil
et j'ai surpris debout les blés
faisant l'amour…

Mes battements du cœur
suspendus à ton horloge
ont écouté ta voix.

Parle-moi de cette colline lointaine
qui ne dirait pas son nom !

Ma mémoire morte nourrit les feuillages
et nous cendres,
avons vu la danse du cygne…
j'ai osé suspendre, entre deux lacs,
sur le chemin de l’errance
l’aveugle discours.


Jamila Abitar